Avr 22

Déclaration de Mgr Carlo Maria Viganò

À PROPOS DE LA « CINQUIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU VATICAN »

traduction relue et corrigée par Mgr Vigano

Du 6 au 8 mai 2021, se tiendra la cinquième Conférence internationale du Vatican, intitulée :« Explorer l’esprit, le corps et l’âme. S’unir pour prévenir et s’unir pour guérir. Une initiative mondiale de soins de santé : comment l’innovation et les nouveaux systèmes de prestation améliorent la santé humaine. » L’événement est organisé par le Conseil pontifical de la Culture, la fondation Cura, la fondation vaticane Science et Foi [STOQ], et la fondation Stem for Life [SFLF].

Michael Haynes de LifeSiteNews a fait un rapport [1] sur les sujets qui seront abordés et les participants, notamment : le tristement célèbre Anthony Fauci, dont les scandaleux conflits d’intérêts n’ont pas empêché qu’il prenne en charge la gestion de la pandémie aux États-Unis ; Chelsea Clinton, adepte de l’Église de Satan et fervente partisane de l’avortement ; le gourou New Age Deepak Chopra ; Dame Jane Goodall, écologiste et spécialiste des chimpanzés ; les PDG de Pfizer et Moderna ; des représentants de Big Tech ; et toute une série d’avorteurs, de malthusiens et de mondialistes connus du grand public. La conférence a recruté cinq journalistes éminents pour être modérateurs, qui sont exclusivement issus de médias de gauche tels que CNN, MSNBC, CBS et Forbes.

Cette conférence – tout comme le Conseil pour le Capitalisme inclusif de Lynn Forester de Rothschild, le Pacte mondial pour l’éducation et le Sabbat interreligieux qui se tiendra en juin à Astana, au Kazakhstan – est la énième confirmation scandaleuse d’un éloignement inquiétant de la hiérarchie actuelle, et en particulier de ses plus hauts membres romains, par rapport à l’orthodoxie catholique. Le Saint-Siège a délibérément renoncé à la mission surnaturelle de l’Église, se faisant la servante du Nouvel Ordre Mondial et du mondialisme maçonnique dans un contre-magistère antichristique. Les mêmes dicastères romains, occupés par des personnes idéologiquement alignées sur Jorge Mario Bergoglio, protégées et promues par lui, poursuivent aujourd’hui sans retenue leur œuvre implacable de démolition de la foi, de la morale, de la discipline ecclésiastique, de la vie monastique et religieuse, dans un effort aussi vain qu’inouï pour transformer l’Épouse du Christ en une association philanthropique asservie aux puissants de ce monde. Le résultat est la superposition au-dessus de la véritable Église d’une secte de modernistes hérétiques et dépravés qui ont l’intention de légitimer l’adultère, la sodomie, l’avortement, l’euthanasie, l’idolâtrie et n’importe quelle perversion de l’intelligence et de la volonté. La véritable Église est maintenant éclipsée, reniée et discréditée par ses propres pasteurs, trahie même par celui qui occupe le trône suprême.

Le fait que la deep church [l’église profonde] soit parvenue à élire son candidat afin de réaliser ce plan infernal en accord avec le deep state [l’État profond] n’est plus un simple soupçon, mais un phénomène sur lequel il est désormais essentiel de s’interroger et qu’il faut mettre en lumière. La soumission de la Cathedra veritatis aux intérêts de l’élite maçonnique se manifeste dans toute son évidence, dans le silence assourdissant des Pasteurs sacrés et dans l’égarement du Peuple de Dieu, abandonné à lui-même.

Une autre démonstration de cette libido serviendi dégénérée du Vatican envers l’idéologie mondialiste est le choix des conférenciers invités à prendre la parole : partisans de l’avortement, de l’utilisation de matériel fœtal dans la recherche, du déclin démographique, de l’agenda pan-sexuel LGBT, sans oublier ceux du récit covidien et des prétendus vaccins. Le cardinal Ravasi, président du Conseil pontifical de la Culture, est certainement l’un des principaux représentants de la deep church et du progressisme moderniste, ainsi qu’un partisan du dialogue avec l’infâme secte maçonnique et un promoteur du fameux Parvis des Gentils [2]. Il n’est donc pas surprenant que parmi les organisateurs de l’événement figure la fondation Stem for Life, qui se définit fièrement comme « une organisation non sectaire, non partisane et exonérée d’impôts, dont l’objectif est de créer un mouvement visant à accélérer le développement des thérapies cellulaires ».

En y regardant de plus près, le sectarisme et la partialité de la Conférence du Vatican sont mis en évidence par le sujet qu’elle aborde, les conclusions qu’elle cherche à tirer, ses participants et ses sponsors. Même l’image choisie pour promouvoir la Conférence est extrêmement éloquente : un détail de la scène de la création peinte par Michel-Ange sur la voute de la Chapelle Sixtine, dans laquelle la main de Dieu le Père se tend vers la main d’Adam, mais les deux mains sont recouvertes de gants chirurgicaux jetables, rappelant les prescriptions de la nouvelle liturgie sanitaire et laissant entendre que le Seigneur lui-même pourrait transmettre le virus.

Dans cette représentation sacrilège, l’ordre de la création est subverti en une anti-création thérapeutique, dans laquelle l’homme se sauve lui-même et devient l’auteur fou de sa propre « rédemption » sanitaire. Au lieu de la fontaine purificatrice du baptême, la religion covid propose le vaccin, porteur de handicaps et de mort, comme seul moyen de salut. Au lieu de la foi en la Révélation de Dieu, on trouve la superstition et l’assentiment irrationnel à des préceptes qui n’ont rien de scientifique, avec des rites et des liturgies qui singent la vraie religion dans une parodie sacrilège.

Ce choix de communication résonne comme une aberration et un blasphème, car il utilise une image connue et évocatrice pour insinuer et promouvoir une vision fausse et tendancieuse selon laquelle en présence d’une grippe saisonnière, dont le virus n’a toujours pas été isolé selon les postulats de Koch [3] et qui peut être soignée efficacement avec les traitements existants, il est nécessaire d’administrer des vaccins reconnus inefficaces et encore en phase d’expérimentation, aux effets secondaires inconnus, et pour la distribution desquels les producteurs ont obtenu d’avance l’immunité pénale. Les victimes immolées sur l’autel du Moloch sanitaire, des enfants démembrés au troisième mois de grossesse pour produire le sérum génétique aux milliers de personnes tuées ou mutilées, n’arrêtent pas la machine infernale de Big Pharma, et il est à craindre une recrudescence du phénomène dans les prochains mois.

On peut se demander si le zèle de Bergoglio pour la diffusion du sérum génétique n’est pas également motivé par des raisons économiques de base, en compensation des pertes subies par le Vatican et les diocèses suite au confinement et à l’effondrement de l’assiduité des fidèles à la messe et aux sacrements. D’autre part, si le silence de Rome sur la violation des droits humains et des droits religieux en Chine a été payé par la dictature de Pékin au moyen de substantielles prébendes, rien n’empêche que ce schéma soit reproduit à grande échelle en échange de la promotion des vaccins par le Vatican.

La Conférence prendra évidemment grand soin de ne pas évoquer, même indirectement, l’enseignement pérenne du magistère sur des questions morales et doctrinales de la plus haute importance. A l’inverse, l’éloge flagorneur de la mentalité mondaine et de l’idéologie dominante sera la seule voix, de même que le répertoire œcuménique informe inspiré du New Age [Nouvel Âge].

Je note qu’en 2003, le même Conseil pontifical pour la Culture a condamné le yoga et, plus généralement, la pensée New Age comme étant incompatibles avec la foi catholique. Selon le document du Vatican, la pensée New Age « partage avec un certain nombre de groupes influents au plan international l’objectif de supplanter ou de dépasser les religions particulières pour faire place à une religion universelle capable d’unifier l’humanité. Dans cette même perspective, il faut signaler l’effort très concerté, de la part de certaines institutions, pour formuler une éthique globale, un cadre éthique qui reflèterait la nature globale de la culture, de l’économie et de la politique contemporaines. Par ailleurs, la politisation des questions écologiques donne incontestablement une coloration particulière à l’hypothèse Gaia, ou culte de la Terre Mèr[4] ».

Il va sans dire que les cérémonies païennes par lesquelles la basilique Saint-Pierre a été profanée en l’honneur de l’idole Pachamama s’inscrivent parfaitement dans cette « politisation des questions écologiques » dénoncée par le document du Vatican de 2003, et qui est aujourd’hui au contraire promue sine glossa par le magistère dit bergoglien, à commencer par Laudato Sì et Fratelli Tutti.

A La Salette, la Vierge nous a prévenus : « Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist. » Ce ne sera pas la sainte Église, indéfectible du fait des promesses du Christ, qui perdra la foi : ce sera la secte qui occupe le Siège de saint Pierre et que nous voyons aujourd’hui propager l’anti-évangile du Nouvel Ordre Mondial. Il n’est plus possible de se taire, car aujourd’hui notre silence nous rendrait complices des ennemis de Dieu et du genre humain. Des millions de fidèles sont dégoûtés par les innombrables scandales des pasteurs, par la trahison de leur mission, par la désertion de ceux qui, en raison des Ordres sacrés, sont appelés à témoigner du saint Évangile et à ne pas soutenir l’établissement du royaume de l’Antéchrist.

Je supplie mes frères dans l’épiscopat, les prêtres, les religieux et, de manière particulière, les fidèles laïcs qui se voient trahis par la hiérarchie, d’élever la voix pour exprimer, avec un esprit de véritable obéissance à Notre-Seigneur, Tête du Corps mystique, une dénonciation ferme et courageuse de cette apostasie et de ses auteurs. J’invite chacun à prier pour que la Divine Majesté soit émue de compassion et intervienne en notre faveur. Que la très sainte Vierge, terribilis ut castrorum acies ordinata, intercède devant le trône de Dieu, compensant par ses mérites l’indignité de ses enfants qui l’invoquent sous le titre glorieux d’Auxilium Christianorum.

+ Carlo Maria Viganò, Archevêque
20 Avril 2021
Feria Tertia infra Hebdomadam II
post Octavam Paschae

[1]  — https://www.lifesitenews.com/news/vatican-to-host-conference-featuring-covid-jab-developers-big-tech-leaders-fauci-and-chelsea-clinton.
[2]  — www.cultura.va/content/cultura/it/dipartimenti/ateismo-e-non-credenza.html
[3]  — https://www.samueleckert.net/isolat-truth-fund/.
[4]  — https://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/interelg/documents/rc_­pc_interelg_doc_20030203_new-age_fr.html.