18 novembre

Un prêtre nous écrit depuis le Liban martyr

13 novembre 2021

Cher Frère XXX,

Je vous envoie le bonjour du Liban martyr […],

Nous vivons encore dans les souffrances multiples dans la vallée des larmes, le stress, la désespérance, et a la profondeur de l’effondrement du système politique, économique, social, éducatif, médical, monétaire, morale et sur tous les plans.

Plusieurs facteurs ont contribué à notre terrible situation et la plus mauvaise dans le monde.

22 octobre

Le Sel de la terre n°117

ÉDITORIAL
Chiens, loup et peau de brebis

ÉTUDES
★ Frère PIERRE-MARIE O.P. : Où est Dieu ?
★ Frère LOUIS-MARIE O.P. : Quatre évangiles, toujours et partout
★ Mgr Victor DECHAMPS : La vraie religion reconnaissable à sa sainteté
★ Pierre PERRIN : Condamnation thomiste de l’usure et conception réaliste de la justice

VIE SPIRITUELLE
★ DOMINICUS : Quatre sermons sur saint Dominique

CIVILISATION CHRÉTIENNE : LES MARTYRS DE 1871 (SUITE)
24 mai : Mgr Darboy : victime ou martyr ? (P. Adolphe PERRAUD)
25 mai : Devant les martyrs d’Arcueil (J. A. GIRARD)
26 mai : L’appel des jésuites (Abbé Antoine BAYLE)
27 mai : Testament de l’abbé Bécourt

LECTURES
★ DOCUMENTS :
– La franc-maçonnerie dresse le trône de l’Antéchrist (Mgr GAY)
– L’aristocratie des pères de famille (Jean LAHILLE)
– Deux textes de Mgr Viganò
★ COURRIER DES LECTEURS : Sur l’ordre du monde – Rectificatifs
★ RECENSIONS : De l’Infaillibilité pontificale — Prier avec les psaumes — Bébé grandit — Ukraine 1933 : Holodomor — Pascal, l’autre crise de la conscience européenne
★ PARMI LES LIVRES REÇUS

8 septembre

Libera nos a malo

Mgr Carlo Maria Viganò défend la vie et pourfend la ...

Nous publions ce texte de Mgr Vigano qui donne une vue d’ensemble cohérente de la crise que nous vivons, et en soulève les racines occultes, comme le conseillait de faire le pape Léon XIII : « En premier lieu, arrachez à la franc-maçonnerie le masque dont elle se couvre et faites la voir telle qu’elle est »  (Humanum Genus, 1884).

Considérations sur le Great Reset
et le Nouvel Ordre Mondial

par Mgr Carlo Maria Viganò

Personne ne fera partie du nouvel ordre mondial, à moins qu’il n’ait accompli un acte de culte à Lucifer.
Personne ne pourra entrer dans le Nouvel Âge sans avoir reçu l’initiation luciférienne.
David Spangler

Directeur du projet d’initiative planétaire des Nations unies
Reflections on the Christ
, Findhorn, 1978

Depuis plus d’un an et demi, nous assistons impuissants à la succession d’événements incongrus auxquels la plupart d’entre nous sont incapables de donner une justification plausible. L’urgence pandémique a rendu particulièrement évidentes les contradictions et les illogismes des mesures nominalement destinées à limiter la contagion – confinements, couvre-feux, fermetures d’activités commerciales, limitations des services et des cours publics, suspension des droits des citoyens – mais qui sont désavouées quotidiennement par des voix discordantes, par des preuves évidentes d’inefficacité, par des contradic­tions de la part des mêmes autorités sanitaires. Il n’est pas nécessaire d’énumérer les mesures que presque tous les gouvernements du monde ont prises sans obtenir les résultats promis. Si l’on se limite aux avantages présumés que le sérum génétique expérimental aurait dû apporter à la communauté – avant tout l’immunité contre le virus et une liberté de mouvement retrouvée – on découvre qu’une étude de l’Université d’Oxford publiée dans The Lancet [1]   affirme que la charge virale des personnes vaccinées avec une double dose est 251 fois supérieure à celle des premières souches du virus [2], malgré les proclamations des dirigeants mondiaux, à commencer par le Premier ministre italien Mario Draghi, selon lequel « celui qui se fait vacciner vit, celui qui ne se fait pas vacciner meurt ». Les effets secondaires du sérum génétique, habilement camouflés ou délibérément non enregistrés par les autorités sanitaires nationales, semblent confirmer le danger de la prise du vaccin et les inconnues inquiétantes pour la santé des citoyens auxquelles nous devrons bientôt faire face.

5 août

Mgr Viganò commente le Motu Proprio Traditionis Custodes du 16 juillet 2021 par lequel le pape François tente de juguler la messe traditionnelle

Mgr Viganò est un des rares prélats, sinon le seul, à porter un jugement équilibré et véridique sur la Révolution que nous vivons tant dans la sphère civile que dans la sphère religieuse.

On sent que son analyse du Motu Proprio a été mûrie après une longue réflexion. C’est un examen articulé qui met en évidence des convergences entre ce qui se passe au sein de l’Église et ce qui se passe dans le monde civil : Église profonde et État profond sont des alliés dans la destruction de l’Église et de la civilisation chrétienne, et dans l’établissement du Nouvel Ordre Mondial.

On notera aussi son appréciation sur le pape : « Tout ce qui évoque, même vaguement, quelque chose de catholique semble susciter chez le locataire de Santa Marta une aversion pour le moins déconcertante, ne serait-ce qu’en raison du trône sur lequel il est assis. […] Le problème est que nous ne sommes pas confrontés à une sorte de fuite de la papauté, comme cela pourrait se produire en présence d’un Pontife malade ou très âgé ; mais à une action constante, organisée et planifiée qui est diamétralement opposée à l’essence même de la papauté. […] Nous avons un pape qui n’est pas catholique, du moins au sens strict du terme. Cela pose d’importants problèmes de nature canonique, qu’il ne nous appartient pas de résoudre, mais qui devront l’être tôt ou tard. »

Prions pour cet archevêque courageux et lucide. Prions pour que d’autres évêques se lèvent et viennent au secours des brebis abandonnées et persécutées.

Télécharger : Mgr Viganò – Lapides clamabunt

4 août

Saint Dominique, serviteur de la vérité

Télécharger : Tonquedec – Saint Dominique, serviteur de la vérité

Discours prononcé par le R.P. Joseph de Tonquédec s.j. (1869-1962),
le 10 février 1922, dans l’église Saint-Thomas-d’Aquin, à Paris
à l’occasion du 7e centenaire de la mort de saint Dominique (6 août 1221)

Monseigneur,
Mes révérends pères,
Mes frères,

Dans mes plus lointains souvenirs d’enfance – semblable en cela, je pense, à tous les hommes élevés dans le catholicisme – je rencontre quantité d’images de saints. Parmi elles, il y en a une exceptionnellement fascinante. C’est une transparente figure de moine, un profil fin, un front pur sur lequel se lève une étoile, de belles mains longues et souples qui portent un lys ou un volume, à moins qu’elles ne se joignent pour la prière ; je ne sais quoi de virginal et d’austère émanant de toute la personne. Et je retrouve encore dans ces premiers souvenirs une autre image où le même personnage reparaît, mais couché cette fois, et comme endormi d’un sommeil extatique ; de ses entrailles sort un grand arbre dont les fleurs sont des saints encore : ascètes, docteurs, mystiques, prêcheurs, martyrs : fleurs uniformément blanches sous leur noire enveloppe, tout comme la fleur vivante qui est là sur le sol, et dont elles sont la progéniture. Ce moine au front radieux, c’est saint Dominique ; et le grand arbre qui monte de son sein et dont les plus jeunes branches s’en vont vers les inaccessibles hauteurs de l’avenir – car il n’a pas fini de pousser et de fleurir – c’est l’Ordre illustre dont Dominique fut la semence, il y a sept siècles révolus.