30 janvier

Le Sel de la terre n°103

ÉDITORIAL
Faut-il encore parler du communisme ?

ÉTUDES
★ Frère LOUIS-MARIE O.P. : L’ordre suffit-il à prouver Dieu ?
ANNEXE : Petite histoire du darwinisme
★ Guibert DE GORZE : La subversion de la vie religieuse au concile Vatican II (V)
★ Cardinal Michael FAULHABER : De l’ancien au nouveau Testament (suite et fin)

DU COMMUNISME AU MONDIALISME
★ Hugues BOUSQUET : Une économie de faillite et de famine
★ Arthur MONIN : La terreur communiste
★ Joseph DE BELFONT : Le communisme à la lumière de Fatima
★ Frère MARIE-DOMINIQUE O.P. : Le message de Fatima, dernier remède donné au monde
★ Père BRUNO O.S.B. : Notre-Dame de la prière (les apparitions de l’Ile-Bouchard – 1947)

LECTURES
★ DOCUMENTS :
– MAUBERT : Nouvelles de Rome. N’est-ce pas un devoir de chercher à être reconnus officiellement par le pape ? (II)

★ RECENSIONS : Les Apôtres en Inde – Correspondance Marie Noël-abbé Mugnier
– Les premiers bâtisseurs de l’Église

★ PARMI LES LIVRES REÇUS

★ INFORMATIONS ET COMMENTAIRES :
– Des esclaves consentants

25 janvier

L’engrenage antiliturgique du protestantisme

Par Dom Guéranger

En parlant de Luther, Dom Guéranger expose ainsi les douze caractéristiques de l’hérésie antiliturgique.

  1. — Le premier caractère de l’hérésie antiliturgique est la haine de la Tradition dans les formules du culte divin. Tout sectaire voulant introduire une doctrine nouvelle, se trouve infailliblement en présence de la Liturgie, qui est la Tradition à sa plus haute puissance, et il ne saurait avoir de repos qu’il n’ait fait taire cette voix, qu’il n’ait déchiré ces pages qui recèlent la foi des siècles passés. En effet, comment le luthérianisme, le calvinisme, l’anglicanisme se sont-ils établis et maintenus dans la messe ? Il n’a fallu pour cela que la substitution de livres nouveaux et de formules nouvelles, aux formules et aux livres anciens, et tout a été consommé. Rien ne gênait plus les nouveaux docteurs ; ils pouvaient prêcher tout à leur aise : la foi des peuples était désormais sans défense.
  2. — C’est le second principe de la secte antiliturgique de remplacer les formules de style ecclésiastique par des lectures de l’Écriture Sainte.

Elle y trouve deux avantages ; d’abord celui de faire taire la voix de la Tradition qu’elle craint toujours ; ensuite un moyen de propager et d’appuyer ses dogmes, par voie de négation ou d’affirmation.

19 décembre

Lettre des dominicains d’Avrillé n°84

Table des matières de la Lettre des dominicains d’Avrillé n°84
• Contrastes de Noël
• Berceuse de la Mère-Dieu
• Le Dieu de paix – Dieu dans les tranchées
• Garder mémoire du communisme
• Nouveautés aux éditions du Sel – Chronique du couvent
• Nouvelles de nos travaux
• Pour aider

Télécharger : Lettre des Dominicains d’Avrillé 84

18 décembre

L’aveuglement maçonnique

Un jour, vers la fin de ma vie maçonnique, lorsque ma raison commençant à se réveiller faisait entendre au fond de ma conscience ses protestations contre le fanatisme maçonnique par lequel je m’étais laissé dominer, un profane qui était de mes amis vint me voir pour me demander ce que c’était que la Franc-Maçonnerie, vers laquelle il était attiré par un recruteur.

A peine était-il entré chez moi, qu’arriva un autre de mes amis qui était franc-maçon. La conversation s’engagea entre nous trois, et dans des conditions telles que je me contentai bientôt d’écouter.

Le franc-maçon disait à celui qui ne l’était pas :

— La Franc-Maçonnerie est une association sublime. On y pratique toutes les vertus.
— Alors, c’est parfait. Pourtant on m’avait dit qu’elle était une association politique ?
— Nullement. Nous ne nous occupons pas de politique.
— Et de religion ?
— Non plus. D’ailleurs, si vous voulez avoir la conscience en repos à cet égard, voici quel est le premier article de nos statuts :

« La Franc-Maçonnerie, association essentiellement philosophique, philanthropique et progressive, a pour objet la recherche de la vérité, l’étude de la morale universelle, des sciences et des arts, etc. »

5 décembre

Le Sel de la terre n°102

ÉDITORIAL
François est-il hérétique ?

ÉCRITURE SAINTE
★ Frère EMMANUEL-MARIE O.P. : La victoire du Christ (Richesses de l’Apocalypse VII)

ÉTUDES
★ Frère PIERRE-MARIE O.P. : Le péché originel chez les enfants d’Adam
★ Frère LOUIS-MARIE O.P. : Dix chemins vers l’Église
★ Cardinal Michael FAULHABER : De l’ancien au nouveau Testament

DU COMMUNISME AU MONDIALISME
★ Du communisme au mondialisme
★ Christian LAGRAVE : La ploutocratie et le communisme
★ Xiao CHANG : Le dilemme des catholiques de Chine : « Mourir des mains de notre père »
★ Abbé Guy PAGÈS : Le mensonge dans le communisme et l’islam

LES GRANDES HEURES DE LA TRADITION
★ Un CHEVALIER de Notre-Dame : Un combat sans trêve et sans merci : L’ordre des chevaliers de Notre-Dame

LECTURES
★ DOCUMENTS :
– Hommage à Arnaud de Lassus
– MAUBERT : Nouvelles de Rome. N’est-ce pas un devoir de chercher à être reconnus officiellement par le pape ?

★ RECENSIONS :
La désinformation autour du régime de Vichy
En finir avec l’école républicaine
Rupture et fidélité
Le Diable blanc de la mer Noire
Anthèses poétiques
Le Bon travail

★ PARMI LES LIVRES REÇUS

20 novembre

Neuvième lettre circulaire des membres de la Société de Jésus couronné d’épines

Mesdames, mesdemoiselles,

Voici les toutes dernières nouvelles de la Société de Jésus couronné d’épines.

Réunion de septembre 2017.

Nous voici à la fin de notre étude du livre Le Problème moral et pédagogique de la mode, Enseignements pontificaux de S.S. Pie XII, avec le précieux commentaire de Madame Elisabeth van HECKE. Nous sommes arrivés à la IIIème section DIRECTIVES, avec un seul chapitre intitulé Principes et directives pratiques[1].

Comment agir face à la mode (puisque nous avons vu à la réunion précédente qu’il y a un problème moral de la mode), comment la maintenir dans son rôle de servante (et ne pas devenir son esclave) et dans sa fonction d’instrument de salut (et non pas de perdition…de nous-mêmes et/ou des autres) ?

31 octobre

La folie autodestructrice du protestantisme

Le principe protestant (Sola Scriptura)

L’autorité de l’Église est inutile pour comprendre le texte sacré, déclare le Protestantisme. Chaque chrétien n’a besoin que d’écouter au dedans de lui-même. Hélas ! n’est-il pas clair qu’il n’y entendra, le plus souvent, que ses passions et ses délires ? Par cette seule erreur, n’eût-il commis que celle-là, le Protestantisme s’est réprouvé, s’est condamné lui-même, posant un principe par lequel il s’auto-détruit.

La Bible n’est pas simple à comprendre

Pour apprécier sur ce point la folie du Protestantisme, il n’est point nécessaire d’être théologien ni même catholique. Il suffit de lire l’Écriture sous l’angle de la littérature ou de la philosophie.